Les anges sont vaniteux – chapitre 158

Samedi 16 mai

J’ai décidé que cette année, j’allais devenir une parfaite banlieusarde. Comment se définit la parfaite banlieusarde ?

J’allais poser la question.

Par sa plate-bande, pardi ! Apparemment, les anciens propriétaires avaient obstinément refusé de participer au petit jeu « c’est plus beau de mon côté de la clôture ». Notre cour ressemble donc à un terre-plein d’autoroute. Même un flamant rose en plastique arriverait à l’égayer.

J’ai étudié attentivement le spécial Coup de Pouce intitulé : « C’est décidé, je n’aurai plus honte de ma cour ». J’ai dessiné des plans à l’échelle, j’ai préparé un budget et on s’est lancé. On a passé la journée à enlever une bande de pelouse, à ameublir la terre et à aller porter le vieux gazon dans la petite forêt à côté de chez nous.

Pendant ce temps-là, les enfants jouaient dans la voiture comme si c’est la voiture qui était neuve.

Publicités

2 réflexions sur “Les anges sont vaniteux – chapitre 158

  1. Mon apartement n’a rien « de vert »! Imagine si j’habitais une maison: la cour aurait l’air du Sahara! Je n’ai aucun talent dans ce domaine!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s