Les anges sont vaniteux – chapitre 157

Mardi 12 mai

Les questions de James m’ont tourné dans la tête toute la nuit ce qui fait que je me suis levée avec les yeux cernés et une humeur de dogue. J’ai préféré me noyer dans le café et fuir dans le travail plutôt qu’y penser une minute de plus.

Comment se fait-il que je ne sois pas surpris ?

Résultat : j’ai écrit six pages, ce qui constitue mon record personnel absolu. Comme j’en avais déjà quatre derrière moi, il ne m’en reste que trente à écrire. Si je poursuis au rythme effréné d’une journée de travail par dix jours, j’en ai encore pour des mois. Heureusement, Johanne ne m’a pas donné de date limite.

Puisqu’Anne refuse de penser à ce qu’elle désire faire de sa vie, il aurait mieux valu qu’elle ait une échéance. Comme ça, elle aurait pu laisser ses états d’âme au vestiaire et accomplir sa besogne.

 

Publicités

2 réflexions sur “Les anges sont vaniteux – chapitre 157

  1. Un jour j’ai lu un écrivain – je ne me souviens plus qui – qui disait qu’écrire c’est un boulot dur, il faut de la discipline et il faut écrire tous les jours, de préférence. Rien à voir avec l’image idyllique du monsieur ou de la demoiselle, devant un paysage, avec un verre et une plume dans les mains à l’attente de l’inspiration…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s