Les anges sont vaniteux – chapitre 156

Lundi 11 mai

Je n’ai pas écrit la plus petite ligne aujourd’hui. Mais ce n’est pas de la paresse. Je suis descendue dans les profondeurs de mon âme et j’ai regardé mes défauts en face, sans complaisance. Ce que j’ai vu dans ces bas-fonds, c’est que je fais un peu de dépression.

Ça, c’est la meilleure. Et cette femme prétend manquer d’imagination !

Quand James est rentré et que je lui ai dit ça, il a éclaté d’un grand rire sonore.

— Dépressive, toi ? Si tous les dépressifs étaient aussi mal en point que toi, les psy feraient faillite !

— Ne ris pas. J’ai juste envie de faire des jeux de cartes sur l’ordinateur et d’avancer mon grand ménage.

— Et quand tu n’as pas prévu travailler ? Est-ce que tu manques d’entrain ?

J’ai réfléchi et j’ai répondu que non, qu’en effet, je ne manque d’énergie que les jours de travail.

— Et quand tu dois dessiner ?

— Comment ça ?

— Quand tu as un contrat d’illustration, tu pètes le feu. On ne part jamais assez vite le matin parce que tu as hâte de t’y mettre, non ?

— Tu as raison, mais dessiner, ce n’est pas vraiment travailler.

— Et l’écriture ?

— Ça, oui. C’est un vrai travail.

— Pourquoi ? Parce que ça doit être pénible de travailler ?

—….

— Peut-être que ton problème, c’est simplement que tu n’aimes pas écrire.

— Mais je passe des heures à écrire mon journal ou à envoyer des courriels.

— Alors, c’est peut-être la fiction que tu n’aimes pas. Parles-en avec Johanne.

— Jamais de la vie, j’aurais trop honte.

Honte de quoi ?

— Dans ce cas-là, écris ton texte au plus sacrant, donne-le à Johanne et ensuite, tu seras débarrassée.

C’est une autre solution.

J’ai pensé à ça toute la soirée. Est-ce que j’aime écrire ? Est-ce que ça m’allume, ou si au contraire ça me donne envie de sauter par la fenêtre ?

Anne n’y coupera pas. Elle devra s’intéresser à sa vie intérieure avec plus de sincérité qu’aujourd’hui!

Publicités

2 réflexions sur “Les anges sont vaniteux – chapitre 156

  1. Bien, descendre dans les profondeurs de son âme et regarder ses défauts en face, « sans complaisance », amène n’importe qui en face de la dépression, n’est-ce pas?
    En tout cas, on ne doit jamais rire de quelqu’un qui dit avoir de la dépression!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s