Les anges sont vaniteux – chapitre 151

Lundi 4 mai

J’attendais mon dîner scolaire avec une certaine appréhension. J’ai écrit à Dominique que je comptais cuisiner du baloné et elle m’a répondu qu’aussi incroyable que cela puisse paraître, ses enfants n’en avaient jamais mangé. Comme Roger a dédain de ça, il raconte des histoires d’horreur sur le sujet. J’ai quand même décidé de maintenir le cap parce les petits McNeil, eux, adorent ça. Dans l’autobus, Lionel a annoncé la bonne nouvelle à Thomas et Samuel. Les Richelieu sont arrivés inquiets à la maison.

THOMAS (en garrochant son chandail en boule dans un coin de l’entrée). — Je ne mange pas de baloné, c’est fait avec des yeux et c’est dégueulasse.Thomas ne mange pas

MOI. — Ce n’est pas vrai.

THOMAS. — Papa me l’a dit.

MOI. — Tu sais, ton père ne dit pas toujours la vérité.

THOMAS (avec de grands yeux de poisson). — …

MOI. — Mais tu n’es pas obligé d’en manger. Je peux te préparer une assiette de patates pilées et de blé d’Inde. Et je suis sûre que maman te fera un bon souper ce soir.

THOMAS. — Est-ce que je peux voir à quoi ça ressemble ?

MOI. — À ça (en lui montrant une tranche délicieusement grillée). C’est comme une grosse saucisse.Chapeau de baloné

Il a posé un regard médusé sur le plat. Il avait l’air tout étonné de trouver ça appétissant. Plus tard à table, je l’ai servi en l’observant du coin de l’œil. Il a porté un morceau à sa bouche et j’ai vu qu’il trouvait ça TRÈS bon.

THOMAS (pour lui-même). — C’est même pas vrai, cette histoire d’yeux.

MOI. — Bien sûr que non. C’est de la viande de moins bonne qualité à laquelle on ajoute des épices. Les Français en mangent aussi. Ils appellent ça de la saucisse de Lyon.Salade de saucisse

AGATHE. — On pourrait faire des hot-dogs au baloné alors.

MOI. — Non, on dit « saucisse », mais c’est plutôt du saucisson.

Désintérêt total des quatre enfants. Thomas tenait à son idée.

THOMAS. — Ça doit être des petits bouts d’os broyés tellement fins que c’est comme de la farine.

MOI. — Oui, mon ange. Détends-toi, c’est comestible.

J’ai remarqué que Samuel ne touchait qu’aux patates au blé d’Inde.

MOI. — Tu ne manges pas ton baloné, Samuel ? As-tu peur toi aussi ?

SAMUEL (genre meun, pfff, pas rap…). — Pas du tout.  C’est super bon : je le garde pour la fin.

Alléluia ! Ils ont bien mangé, bien bu et sont repartis avec la peau du ventre bien tendue.L'ange est content

 

Publicités

4 réflexions sur “Les anges sont vaniteux – chapitre 151

  1. Les enfants souvent aiment ou n’aiment pas la nourriture « avec les yeux », n’est-ce pas? Même s’ils n’en ont jamais goûté. Quand j’étais petit je détestais les comboux (ou gombos) et les cornichons des antilles: je les trouvais dégueulasses! Aujourd’hui, je ne les aime pas, mais ne les déteste non plus. La papaye, par contre, je ne l’aime pas du tout, je la déteste même… le goût, l’odeur, la consistence… 🤢

    J'aime

    1. C’est étrange, à part la papaye, je ne connais pas les aliments dont tu parles. La nourriture, c’est culturel. Mon mari français et moi, nous n’aimons pas du tout les mêmes desserts par exemple.

      J'aime

      1. J’ai mangé des gombos à Cuba. C’est gélatineux, mais pas mauvais. Toute ma famille a détesté… L’autre «aliment» m’est totalement inconnu. Merci pour tes recherches.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s