Les dernières nouvelles de ma petite soeur

Il y a une semaine, à la même heure précisément – ça ne s’invente pas – ma sœur et moi vivions chacune une étape importante de deux aventures pénibles.

Elle a subi une opération pour son cancer du sein et nous a terrorisés en faisant un hématome qui l’a renvoyée sur le billard quelques heures plus tard. Je vous rassure, tout va bien maintenant. Quand j’ai appelé pour prendre de ses nouvelles hier soir, elle était au cinéma. Ça en dit long sur sa capacité de récupération. Elle n’a pas encore atteint le belvédère, mais le plus dur est derrière elle, loin en bas.

Pour ma part, j’ai vécu l’extase en faisant poser mes toutes dernières couronnes. Je déclare officiellement fini le cauchemar que j’endure depuis des années. J’ai failli verser une larme d’émotion en quittant le cabinet de ma dentiste. On ne se reverra plus que vite, vite, lors de mes nettoyages annuels.

Je suis pas mal fière des petites Hubert. Elles ont dégusté ces dernières années, mais elles s’en sortent assez bien ! Une bonne main d’applaudissement, s’il vous plaît !

Je vous laisse avec le dernier texte de ma si joviale sœur. Elle l’a écrit la veille de son opération. Il lui reste encore du chemin à faire, mais avec l’aide de sa grande soeur et de tous ceux qui l’aiment, elle atteindra bien vite le sommet de la montagne. 

Cher(e) amie (e),

Voilà des nouvelles pour toi !
Il y a quatre semaines, j’ai terminé la première partie de mon aventure cancer avec le dernier traitement de chimiothérapie.
J’en aurai eu 10 au final.
Tel qu’annoncé, c’est l’accumulation qui gruge.
Je suis pas encore franchement top shape, mais si contente que ce soit derrière moi.
Le prix à payer me paraît encore raisonnable aux vues des résultats.
Effectivement, la masse – au départ de la grosseur d’un citron – a fini par disparaître complètement.
« Une chance sur deux qu’il ne reste déjà plus de cancer dans votre corps ! » qu’il m’a dit le chirurgien !
Tsé !
Pour donner de la valeur à une chose, on sait que la menace d’en être privé est d’une redoutable efficacité. La vie ne m’a jamais parue aussi précieuse que depuis que j’ai le cancer. Pis la joie d’une nouvelle comme ça, c’est pas mal dur à battre !
Je ne suis quand même pas dispensée de l’opération. Ça se passe demain !
Tu penseras à moi ?
J’aurai une mastectomie partielle, ce qui, sous des mots qui semblent effrayants, veut dire que je garde mon sein ! Autre excellente nouvelle !
C’est une chirurgie d’un jour tellement simple que, paraît-il, elle fait bailler d’ennui les médecins.
Bon.
Moi, je suis pas médecin et ça me stresse un ti-peu. Mais pas tant. Juste un peu.
Ça prendra quatre semaines pour avoir le verdict. Trois réponses possibles : pus de cancer, un ti-peu de cancer ou beaucoup de cancer.
Dans le troisième cas – peu probable considérant que la masse a disparu –, il faut retourner sur la table d’opération.
« Ça arrive ! » qu’ils disent. Une fois sur cinq même ! Mais rarement chez celles dont la masse s’est volatilisée !
Dans les deux premiers cas, plus vraisemblables, c’est le même chemin qui m’attend : la radiothérapie. Préventive, on s’entend.
La tempête aura suivi le fil des saisons. Je retrouverai la forme en même temps que le printemps.
Ça fait que c’est ça !
Demain, je commence la deuxième partie du triathlon. Avec la convalescence qu’elle suppose. Paraît que ça va vite et que c’est même pas si souffrant !
Je te dirai.
Après, avec la permission des médecins, à la fin du mois de mars, je vais faire un petit saut en Pologne.
Je vais participer à un festival de théâtre étudiant où une troupe polonaise joue un de mes textes.
Départ la veille de ma fête. Jean-Seb vient avec moi. Tout juste une semaine. Des tonnes de transferts.
Mais, tsé, se coller dans un avion. Mettre ma tête sur son épaule en regardant le soleil se lever, les yeux bouffis pis le ventre ballonné…
Je pense que ça fait genre 18 ans qu’on a pas voyagé tout seul ensemble !
Je pourrais sauter de joie sur mon lit.
Fait que, voilà !
Je t’embrasse mon ami(e) ! J’espère que tu vas bien.
J’ai hâte de te voir en vrai !
Pis qu’on parle de tout sauf de cancer !
XXX

Publicités

8 réflexions sur “Les dernières nouvelles de ma petite soeur

  1. Merci Julie de partager tout ceci avec nous. Je suis très heureuse de savoir que tout ce passe pour le mieux pour ta soeur. Comme quoi il faut savourer chaque minutes qui passent parce qu’on ne sait pas ce que la vie nous réserve. Mais je suis sûre que la vie réserve de belle chose pour ta soeur après cette dure épreuve. 😉
    Et je n’en reviens toujours pas à quel point ta fille te ressemble, surtout en regardant cette photo de toi et ta soeur (2e photo). 🙂

    J'aime

    1. Merci pour les bons mots Valérie. Tu as bien raison, il faut profiter du moment présent. C’est le secret du bonheur.
      Oui, ma fille me ressemble, mais en plus belle évidemment (c’est mon coeur de mère qui parle!)

      J'aime

  2. Mes pensées amicales pour ta soeur et toi…le printemps sera joli cette année…Vous en savourerez les couleurs…crois-moi ! Merci encore pour le bel accueil en janvier; une famille adorable, des moments encrés dans nos coeurs…vous êtes les bienvenus ici xxx Julie

    J'aime

  3. Déjà au cinéma et, dans un mois, en Pologne! Pas mal! Pas mal du tout! Je suis très content pour elle… et aussi pour toi, car je sais que tu partages avec elle l’angoisse de ce chemin! Bon courage à vous! Tu lui diras que je la félicite et que je lui dis Bravo!

    J'aime

  4. Merveilleux ! Des textes comme çà, j’en lirais à tous les jours… Merci de partager ces moments très intenses. Je vous souhaite le meilleur et un peu plus…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s