Les anges sont vaniteux – chapitre 65

Samedi 22 novembre

On a profité du cours de hip-hop des enfants pour aller magasiner. On leur a acheté une console de jeux de la part des beaux-parents pour Noël. James m’a assuré qu’on était obligé de l’essayer tu-suite parce que : a) en cas de malfonctionnement, on devrait la ramener dès aujourd’hui ; et que b) il en mourait d’envie.

Ça m’a gênée d’appeler Brigitte pour qu’elle garde les enfants alors qu’elle nous invite déjà à souper, mais je l’ai fait pour le bonheur de l’homme de la maison.

Je ne comprends pas pourquoi Anne et les humains en général ont tant de mal à demander. D’autant qu’ils adorent se rendre service. Brigitte était toute contente d’aider sa cousine.

L’essai s’est passé exactement comme je l’avais prévu. Pendant que je repassais, James a dit douze fois :

— Là, normalement, ça devrait marcher.

Edgar Degas

Résultat des courses : la machine marche très bien, mais on ne peut pas jouer avec. Je ne sais pas du tout pourquoi.

Moi non plus.

Par contre, James m’a juré qu’on s’amuserait comme des petits fous dès lundi après-midi, pendant l’école. Mouais.

Du gros fun

Publicités

2 réflexions sur “Les anges sont vaniteux – chapitre 65

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s