Les anges sont vaniteux – chapitre 76

Dimanche 14 décembre

Cette journée pue la mort. Cet avant-midi, Peter s’est cassé une jambe au Mont-Sainte-Anne. Ce n’est certainement pas parce qu’il manque d’expérience : il a skié dans les Rocheuses, au Vermont et au Colorado. Il pleurait quand il a appelé James pour lui annoncer la nouvelle. Sa saison de ski est fichue et il ne pourra pas naviguer avant six semaines. Il va vieillir de dix ans s’il doit rester cloîtré deux mois dans un bureau.Peter s'est cassé la jambe

Les choses ne se sont pas mieux passées à Boischatel. En me levant, j’en ai eu mon convoi de l’odeur qui émanait de l’aquarium. Je ne sais pas si Dominique a acheté son filtre en solde ou si nos tortues sont des mutantes, mais la pompe n’arrive pas à garder l’eau propre. Il faut dire qu’une tortue, c’est dégueulasse. Ça sent mauvais et ça fait des crottes disproportionnées. Ça m’écœure. Tellement, que j’ai mis des gants de caoutchouc pour éviter de les toucher. J’ai débranché le truc et je suis allée m’isoler dans la salle de bain. La fatigue, le dédain et les relents de vomi de la semaine me faisaient rechercher la proximité d’une toilette hospitalière.Les gants de caoutchouc

Je n’ai pas pensé à vérifier la température de l’eau. Lorsque j’ai transféré Arielle, Belle et Jasmine, elles ont tout de suite remonté à la surface le ventre en l’air. Compte tenu des circonstances, j’ai eu une super réaction : j’ai hurlé de toutes mes forces et j’ai jeté les pauvres bêtes dans la toilette. Malheureusement, ça n’a pas suffi. Deux petites n’ont pas survécu. J’ignore ce qui provoqué leur mort : la température de l’eau, le choc thermique, une fracture du crâne ou le vol plané ?La survivante

La troisième tortue a préféré se suicider. Plutôt que de remettre son sort aux mains d’une femme gantée, elle s’est jetée en bas du comptoir pendant que j’essayais de la passer sous l’eau tiède. Je ne sais pas comment elle a survécu, mais rendue sur le plancher, elle n’a pas pris le temps de vérifier qu’elle n’avait rien de cassé. Méprisant la fable de Lafontaine, elle a couru à toutes pattes à l’extérieur de la salle de bain. Je l’ai vue tourner le coin de notre chambre où je l’ai suivie au pas de course. Je pensais que je n’aurais qu’à balayer le plancher du regard pour la retrouver, mais je me trompais. J’ai cherché partout, sous le lit, sous les meubles, dans le garde-robe et même dans la pile de linge sale de James. J’ai fouillé dans les tiroirs d’en bas en pensant qu’elle aurait pu y grimper en passant par-derrière.magnifier-424565_1920

Je ne l’ai JAMAIS retrouvée. J’ai eu du mal à expliquer à Agathe que son unique tortue survivante avait tellement peur de moi qu’elle avait préféré aller mourir toute seule, loin de mes mains assassines. Agathe pleurait comme une fontaine pendant que James essayait de la consoler. Je lui ai promis que si on ne la retrouvait pas, je lui achèterais un poisson rouge pour son bel aquarium.Le poisson rouge

Elle a encore eu besoin d’un somnifère pour dormir.

Anne doit tenir le coup. Tout le monde a besoin d’elle en ce moment. Je vais lui envoyer de beaux rêves cette nuit pour qu’elle se repose. Mais rien avec des animaux.

Publicités

3 réflexions sur “Les anges sont vaniteux – chapitre 76

  1. Chez une amie, la tortue de ses enfants, Franklin, est restée perdue dans le jardin pour un an – oui, un an! Après ça, elle est venue au patio comme si rien n’était arrivé!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s