Les anges sont vaniteux – chapitre 74

Jeudi 11 décembre

Hier matin, je suis allée chercher Lionel qui menaçait de vomir en classe, ce qu’il a fait abondamment, une fois à la maison. Mais comme il pétait le feu ce matin, je l’ai envoyé à l’école. Une bonne citoyenne aurait dû le mettre en quarantaine un jour ou deux pour s’assurer d’enrayer la contagion, mais j’ai trop d’ouvrage pour me soucier du reste de l’humanité.

Ce n’est pas gentil ça. J’espère qu’Anne n’aura pas à payer plus tard son manque de considération pour cette pauvre humanité.

James a passé une partie de la nuit la tête dans la toilette. Raoul, lui, a préféré se répandre dans son lit, malgré la chaudière que j’avais installée à son chevet. J’ai dû faire trente brassées. Oui bon, j’en ai fait six, mais en pleine nuit, ça m’a donné l’impression de laver les écuries d’Augias.La lessive

On dirait que quand James et Raoul sont malades, c’est encore pire parce qu’ils sont roux. Ils perdent leurs couleurs et deviennent verdâtres. Ce n’est vraiment pas joli.Ils sont roux

Publicités

3 réflexions sur “Les anges sont vaniteux – chapitre 74

  1. Lorsque les papas deviennent malades, qui est plus difficile à soigner, lui ou les enfants? Quelques-uns deviennent encore « plus petits » que leurs enfants… Héhéhé!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s