Les anges sont vaniteux – chapitre 8

Lundi 21 juillet

Enfin les vacances ! Quelle bonne idée on a eue de venir dans le parc de la Jacques-Cartier ! L’année passée, on a campé au parc Forillon. Le site était magnifique et on s’est bien amusés, mais avant d’y arriver, on a vécu un véritable enfer. Trois enfants qui se chicanent tout le temps le long d’une route interminable, c’est comme être mordillé à mort par un canard. On croit qu’il suffit de s’armer de patience pour survivre : ce n’est pas le cas.

Cette année, une heure d’auto et hop ! on était en train de planter notre tente.

Camping heureux

Anne est en feu. Deux jours passés en compagnie de James et la perspective des quinze jours qui s’annoncent ont fait tomber aux oubliettes toutes ses récriminations des dernières semaines. Et Dieu sait qu’il y en avait.

Il faut dire que le déménagement s’est fait tellement vite que même moi (et je vole), j’ai du mal à suivre. Comme d’habitude, Anne a embarqué toute la famille dans cette histoire sur un coup de tête.

Anne et James se trouvaient bien en ville même s’ils venaient tous les deux de la campagne (Anne de Baie-Saint-Paul et James de Chandler). Mais un jour, en passant près d’une école à l’heure de la récréation, Anne a eu une épiphanie. Elle allait déménager en banlieue. Là, maintenant, tout de suite. Elle voulait donner des bonbons à l’Halloween et acheter du chocolat pour les voyages de fin d’année. James allait tailler la haie avant d’enfumer le quartier avec le barbecue.

James n’a pas protesté. Ils vont bien ensemble ces deux-là. Pas un pour pondérer l’autre. Ils ont commencé les recherches du côté de Beauport pour se rapprocher des bureaux de la compagnie de James. Je leur ai trouvé la maison idéale : une belle canadienne avec un prix de vente étonnamment bas. Mais lorsque l’inspecteur a découvert des moisissures dans les combles, Anne a pilé net. Se battre avec des enfants, oui ; avec des champignons, non. Il faut que j’accorde plus d’importance aux détails.

Un peu croche

Après cette histoire ratée, la chance nous a désertées. Les maisons étaient trop petites, trop laides, trop chères. James et Anne avaient l’impression de chercher la bactérie antinucléaire et moi aussi. Je n’ai pas du tout la fibre immobilière. Ils avaient renoncé à leur projet de déménagement quand j’ai eu une idée, génialissime, sublime, magnifique ! En associant deux problèmes, j’ai trouvé LA solution.

L'idée

Cet hiver, Anne a failli s’étouffer lorsqu’elle a reçu un appel de la directrice de la garderie de Boischatel pour proposer une place à Raoul. J’étais fier de moi quand, le soir, elle a raconté à James qu’elle avait accepté l’offre.

— Boischatel, c’est parfait, a-t-il avec les yeux brillants.

— Parfait pour quoi ?

— Pour acheter une maison, bien sûr ! Ça serait en banlieue, mais pas trop loin de la ville. En plus, comme c’est à l’Est, je serais plus proche du travail. Je pourrais venir manger tous les midis.

Si le village de Boischatel était aussi merveilleux, Anne ne comprenait pas pourquoi ils n’avaient pas pensé à y chercher tout de suite leur nid d’amour. Moi non plus.

— Comment j’ai pu inscrire les enfants sur la liste d’attente de leur garderie ?

— Tu as inscrit les enfants partout entre Neuville et l’Ange-Gardien.

— Ce n’est pas vrai, je ne les ai pas inscrits au lac Beauport.

— Te rends-tu compte ? On verrait le fleuve tous les jours et on pourrait aller pique-niquer aux chutes Montmorency.

L’agent immobilier a trouvé, lui aussi, que l’idée de leur vendre une maison à Boischatel était absolument géniale.

La clefIl leur en a proposé sept. L’une d’elles, un bungalow sans aucun charme, les a étrangement séduits. Le terrain était petit et l’intérieur mal décoré, mais il avait cinq chambres. Quand elle l’a visitée, j’ai vu l’esprit d’Anne atteindre le point d’ébullition. En remplaçant le prélart brun par du bois, en arrachant la tapisserie et en incinérant les rideaux, elle pourrait sûrement donner une âme à cette maison.

C’est ainsi qu’en quelques semaines, Anne la citadine mua en Anne la banlieusarde.

Banlieue

Publicités

4 réflexions sur “Les anges sont vaniteux – chapitre 8

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s