La récréation 17 (Un bébé, un chien, une flaque)

Je suis épuisée morte. J’ai l’impression de traîner un parfum de tombe dans mon sillage. Ma cafetière a flanché il y a deux semaines, ma machine à coudre a trépassé la semaine passée, et aujourd’hui, c’est au tour de mon imprimante de succomber. Grâce à Dieu, je porte aussi un chéquier qui promet la résurrection autour de moi. Reste à prier pour que ça marche avec les périphériques.

Femme épuiséeMon mari trifouille dans la machine en évoquant des Dieux alsaciens que je ne connais pas. J’ai besoin d’une récréation.

Regardez avec moi ce morceau de paradis. Le papa devait être un saint parce que la caméra ne bouge pas pendant qu’il filme et aucun être humain ne peut s’abstenir de rire en regardant ça.

Je pense que je vais aller sauter dans l’eau du bain.

Publicités

8 réflexions sur “La récréation 17 (Un bébé, un chien, une flaque)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s